"De même que l'Europe n'est pas la seule affaire des Européens, l'Islam n'est pas la chose exclusive des musulmans".

Accueil du site - Imprimer

Université des libertés

par Fethi Benslama
professeur de psychopatologie (université Paris-VII)

Le projet d’une Université des libertés doit son nom et son inspiration à l’initiative du Manifeste des libertés (2004), à travers lequel plus de 1500 signataires avaient appelé à conjuguer leurs efforts pour promouvoir la libre pensée, les valeurs laïques et les savoirs critiques à l’intérieur des cultures de l’islam.

Ce projet vise la création d’un lieu qui favorise l’émergence de nouvelles humanités en Islam, accessibles à tous, et sans condition. Grâce aux techniques informatiques de la communication, de l’archivation et de la diffusion des savoirs, le concept d’université, dans son acception non académique, peut contribuer à une tâche dont l’urgence est désormais flagrante.

Elle se fonde sur les constats suivants :
-  il est nécessaire de modifier le rapport des musulmans à leur propre culture, qui reste majoritairement marquée par une construction non historique, par une représentation non relativisée, par une foi non réflexive, bref par une conception du monde qui n’a pas connu le travail critique et scientifique de la culture moderne ;
-  cette culture moderne reste l’apanage d’une élite dont les savoirs demeurent enfermés dans des lieux et des supports restreints, certes nécessaires, mais sans incidences sur le cours de la vie commune de la majorité ;
-  jusqu’au milieu des années 1980, ces élites intellectuelles et scientifiques ont délaissé l’univers de représentation de l’islam, ses ressources traditionnelles et savantes comme objet d’un savoir susceptible de modifier le rapport au passé et d’irriguer le présent ;
-  dans cette brèche s’est engouffrée l’idéologie actuelle de « l’islamisme », qui propose des réponses simplificatrices et des idéaux totalisants face aux angoisses des populations vivant dans un monde devenu inintelligible et non relié à leur univers symbolique. Ces réponses usent des supports les plus accessibles. Il suffit de taper le mot « islam » sur n’importe quel moteur de recherche d’Internet pour recevoir un déluge d’offres à décérébrer ;
-  il est patent que les institutions classiques du savoir (dont le rôle est encore une fois crucial en soi), non plus leurs acteurs isolés les uns des autres, ne sont en mesure, et pour différentes raisons, d’offrir une alternative à ce défi, alors même que leurs connaissances des cultures de l’Islam ont progressé sur tous les plans. De nouvelles humanités se construisent dans l’ombre, confinées par toutes sortes de contraintes.

C’est pourquoi notre but est d’affirmer la nécessite de sortir vers l’espace de la vie publique et de porter vers le commun les savoirs et les pensées, les débats et les critiques, les expériences de la liberté et les espoirs d’émancipation par la raison, bref de redonner sa chance à la force de l’idée dans l’histoire.

À cette fin, nous nous proposons de créer un dispositif léger et réactif autour d’un site Internet, usant des meilleurs moyens techniques afin de permettre à n’importe quelle personne dans le monde d’accéder aux nouvelles humanités de l’islam. Cependant, l’Université des libertés est appelée à déborder la dimension virtuelle, pour des relais dans la réalité, à étudier, telles que des universités itinérantes, et des rencontres avec les habitants des quartiers défavorisés.

Le site Internet de l’Université des libertés aura les caractéristiques générales suivantes :
-  il sera construit au fur et à mesure pour aborder tous les sujets et toutes les disciplines, à travers une progression allant de l’initiation à la recherche ;
-  les langues d’usage seront le français, l’arabe et l’anglais, sans nécessairement traduire tout dans les trois langues ;
-  ce site, outre une équipe technique et pédagogique avec une coordination éditoriale, s’appuiera sur un réseau, à constituer, de chercheurs, d’enseignants et d’intellectuels travaillant sur les cultures de l’Islam à travers le monde, sous leurs différents aspects ;
-  ce projet sera défini et piloté par un comité international ;
-  l’Université des libertés aura son siège permanent en France ; elle créera des liens de collaboration et de partenariat avec des institutions universitaires, de recherche et de culture dans tous les pays. Elle sera un lieu de ressources pour toutes les institutions éducatives et culturelles, pour les collectivités publiques. De sorte que l’Université des libertés n’impulsera pas seulement une modification du rapport des musulmans à l’Islam, mais de tous, tant il est évident que l’Islam n’est pas l’enjeu exclusif des musulmans.