"De même que l'Europe n'est pas la seule affaire des Européens, l'Islam n'est pas la chose exclusive des musulmans".

Accueil du site - Imprimer

De notre multiple condition à l’universalité

Dossier - Raison et passions du combat féministe

par Wassyla Tamzali
Avocate à Alger, ex-directrice du droit des femmes à l’Unesco

Le combat pour les droits civils et politiques a été l’un des combats les plus importants du XXe siècle ; dès les années 1950, les peuples colonisés y ont pris part en réclamant leur indépendance ; les indépendances conquises, les hommes et les femmes continuent de se battre pour faire reconnaître leurs droits, et très souvent ils se battent à l’intérieur de leur pays, de leur culture comme l’ont fait avant eux les vieux peuples occidentaux.

Est-il nécessaire de rappeler que l’histoire de la conquête des droits des femmes dans le monde, et en Europe d’abord, est l’histoire de la lutte contre les traditions et les identités culturelles du moment. Les droits des femmes ont toujours et partout été arrachés à des cultures dominantes. Pourquoi les pays maghrébins et arabes y feraient-ils exception ?
Le combat féministe a pris sa source dans la culture occidentale et a été porté dans sa première étape par les femmes des pays occidentaux, mais aujourd’hui il concerne les femmes de toutes les cultures et de tous les pays. Partout, avec des mots différents, des stratégies différentes, des femmes revendiquent d’être reconnues comme sujets de l’histoire et de leur histoire.
Ce qui caractérise le mouvement des femmes, maghrébines comme arabes, comme africaines, ou asiatiques, c’est qu’il a inversé le processus d’énonciation des droits de la personne. Contrairement aux féministes occidentales qui sont parties d’un concept abstrait et reconnu par leurs sociétés pour conquérir leurs droits, nous, féministes maghrébines, sommes parties du particulier, des données sociologiques culturelles et historiques de nos pays - de notre participation aux luttes de libération, de notre contribution à l’économie de nos pays, de notre place dans la vie sociale et professionnelle etc. - pour revendiquer d’être reconnues comme individu(e)s à part entière.

Nous n’avons pas eu à notre disposition un droit reconnu même abstraitement, mais à force d’efforts nous le construisons. Dépassant la spécificité culturelle que l’on veut nous coller, la religion que l’on dresse devant nous comme un obstacle, nous avons entrepris la longue marche pour la reconnaissance de l’égalité sexuelle comme partie indivisible des droits de la personne humaine.

<<< Précédent