"De même que l'Europe n'est pas la seule affaire des Européens, l'Islam n'est pas la chose exclusive des musulmans".

Accueil du site - Imprimer

Se définir dans la pluralité et la singularité

par Yassaman Montazami

Je suis née à Téhéran, il y a trente-trois ans, de parents iraniens, musulmans et athées. J¹ai, à l¹âge de 3 ans, connu l¹exil en France avec ma famille, mes parents, opposants au régime monarchique du shah, luttant pour instaurer un État laïque et démocratique. C¹est dans ce contexte que l¹islam a violemment surgi dans nos vies, lors de la révolution islamique de 1979. L¹appropriation du pouvoir par un parti islamiste a balayé toutes les idées progressistes et humanistes sur lesquelles étaient fondés les espoirs de la révolution. En exploitant les aspects les plus archaïques de l¹islam, cette révolution, ainsi que le large courant islamiste mondial qui en a découlé, nous a dépossédés de la part de nos origines enracinée dans la culture arabo-musulmane : ne pouvant adhérer aux idées et valeurs défendues par cette conception belliqueuse et discriminatoire de la religion, en tout point opposée à nos aspirations politiques et sociales, nous n¹avons eu d¹autre solution que de passer sous silence notre appartenance culturelle à l¹islam, et cela afin de nous dégager de cette contradiction apparente : être musulman sans renoncer à l¹esprit d¹ouverture et de tolérance envers les différences et les minorités.

En signant le Manifeste, je me rallie ainsi à un courant qui, en dénonçant en quelque sorte de l¹intérieur l¹intolérance, me permet de recentrer mes choix sur une identité que je n¹ai plus à renier, m¹aidant par là à réconcilier des pans divisés de mon identité, lesquels me semblaient, à tort, irréconciliables jusqu¹à présent, l¹islamisme politique m¹ayant dépossédée du versant musulman de mon identité. Il m¹est donc donné de dépasser le clivage entre une adhésion à la modernité et une affiliation à une culture d¹origine, pour accéder enfin à une cohérence perdue, pour voir mon passé m¹être restitué dans toute sa pluralité. Je puis maintenant, non en tant qu¹Occidentale d¹adoption, mais bien en tant qu¹Iranienne athée, de culture musulmane, m¹ériger contre cette usurpation des traditions et valeurs de ma culture, ainsi que contre les violences et les discriminations que subissent chaque jour des hommes et des femmes pour leur appartenance à un sexe ou une religion.

Réagir en tant que musulmane, c¹est affirmer que les notions de respect, de tolérance et d¹égalité ne sont pas le seul apanage des cultures occidentales et que les lignes de démarcations ne séparent pas les religions entre elles, mais opposent plutôt les forces progressistes aux forces réactionnaires au sein de chaque groupe national ou religieux.

Signer le Manifeste me donne l¹occasion de me définir dans la pluralité et la singularité plutôt que dans les stéréotypes et les carcans imposés.