"De même que l'Europe n'est pas la seule affaire des Européens, l'Islam n'est pas la chose exclusive des musulmans".

Accueil du site - Imprimer

Pour regarder l’autre avec sérénité

par Abdelhamid Hihi

 [1]

Né musulman sans l’avoir choisi - ni honteux ni fier - je suis profondément attaché à l’équité dans le monde où nous vivons. L’iniquité est génératrice de dysharmonie, de luttes absurdes, de guerres entre les nations et, aussi, très proche de chacun, elle génère l’injustice.

Profondément attaché à la défense de l’égalité des droits, sans être particulièrement féministe ou machiste, je suis pour considérer chaque être humain en dehors de sa génitalité. L’humanité, comme tout mammifère, est sexuée fonctionnellement et je refuse qu’il y ait deux humanités, une qui serait celle des mâles et l’autre, celle des femelles. La discrimination sociale à l’encontre des femmes est une pensée et une action iniques, qui signent et voudraient légitimer le primat de l’animalité sur le culturel au motif que la testostérone stimule la production de muscle et que c’est le muscle qui assoit la légitimité " naturelle " du " machisme ".

Je suis pour l’égalité des droits des humains, quel que soit le genre (je dis bien le genre, et non le sexe car l’usage et le mésusage du sexe est une monnaie d’échange dans bien des situations engendrées par la testostérone). C’est pourquoi je milite aussi contre l’homophobie. Les diverses façons de vivre la sexualité ne doivent priver aucune personne de ses droits civiques, ni lui en ajouter ! Que ces personnes soient mâles ou femelles ! Je souscris donc à cette idée portée par le Manifeste : " L’égalité des sexes, un préalable à toute démocratie. " Et pas particulièrement l’égalité des sexes. Dans l’histoire du Maghreb, avant et après la colonisation, avant et après la décolonisation, mes ancêtres ont souffert de l’absence de démocratie, ont souffert de la tyrannie. Qu’en est-il advenu ? L’ignorance, le fanatisme, la déculturation, l’acculturation ! C’est pourquoi je soutiens tout ce qui génère, favorise et promeut la démocratie. En particulier, la lutte contre l’ignorance et la lutte contre toutes discriminations, racistes sexuelles, ethniques.

Les pratiques anté-islamiques, prorogées par un certain islam, à certaines époques et dans certains pays, sont dangereusement inadaptées et continuent de sévir au nom d’un soi-disant interdit de modifier la loi " dite de Dieu " alors qu’elle n’est que celle des hommes qui s’arrogent le pouvoir de faire parler Dieu ! Les pratiques anté et post-islamiques ne relèvent pas du canon divin, mais bien de l’usage qu’en ont fait certains. Non, l’islam n’appartient pas aux seuls musulmans, et moins encore à certains musulmans. Non, personne n’est en droit de décréter quelles sont les bonnes pratiques et les mauvaises pratiques de l’islam, ici et maintenant.

J’appelle à la pratique de l’" ijtihad ", la pratique de l’interprétation renouvelée et permanente des textes fondateurs de toutes les spiritualités, islam compris. Averroès, Ibn Tamyia, Ibn Arabi, El Ghazali, pour ne parler que de ceux-là qui ont marqué l’évolution de la pensée musulmane, ne pensaient pas tous la même chose et les mutazilites, après avoir dominé leur temps, ont été vigoureusement condamnés.

Qui sont ceux, d’aujourd’hui, qui veulent croire, ignorants qu’ils sont, que seule leur vérité du jour vaut vérité universelle, vaut titre de propriété de la conscience de tous les humains ? Aussi, je souscris pleinement à l’affirmation du Manifeste : " Il y a bien, derrière ce prétendu " choix " dont se réclament un certain nombre de filles voilées, une volonté de promouvoir une société politique islamiste, s’appuyant sur une idéologie militante active sur le terrain et affichant des valeurs dont nous ne voulons pas. "

Militant antiraciste depuis plus de trente-cinq ans, médecin généraliste de quartier, j’ai lutté et je lutte encore contre toutes les discriminations à caractère raciste : les discriminations à l’emploi, au logement, aux loisirs ont poussé beaucoup de nos jeunes (et moins jeunes) vers ceux qui les caressent dans le sens du poil. Je lutte aussi contre le racisme, et contre l’antisémitisme, venant trop souvent de nos jeunes musulmans, eux-mêmes victimes du racisme ! Et ces jeunes musulmans qui pratiquent l’antisémitisme comme défouloir aggravent les discriminations qui vont à leur encontre.

Israël doit vivre dans des frontières sûres et reconnues universellement. Et je souscris à cette affirmation du Manifeste : " Nous reconnaissons le droit à l’existence d’Israël, comme l’ont fait, successivement, le congrès de l’OLP tenu à Alger en 1988 et le sommet de la Ligue arabe réuni à Beyrouth en 2002 ; et c’est dans cette reconnaissance réitérée que s’inscrit notre engagement aux côtés du peuple palestinien dans son droit de fonder un État et de faire évacuer les Territoires occupés. "

Oui ! Les juifs de partout ont droit à la vie, à la paix, à la sécurité, non pas parce qu’ils sont juifs, mais parce qu’ils sont, comme tous les humains, des frères humains ! Oui ! Les Palestiniens, tout autant et pour les mêmes raisons, et nous devons travailler à ce que leur soient reconnus un pays (et pas seulement des lambeaux de terre), un Etat, une souveraineté nationale. J’espère qu’ils ne sombreront pas dans une soi-disant république parce que islamiste, comme le veulent certains. Pour ce qui est de la laïcité vivante, en tant que citoyen, républicain, démocrate, socialiste, franc-maçon d’un Ordre mixte, je ne peux qu’approuver tout ce qui fera que la religion soit protégée dès lors qu’elle se vivra dans la sphère privée. Je demande l’application stricte de l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et je veux rappeler à l’UOIF et au CFCM que chacun a le droit de changer de religion ou de quitter sa religion, islam compris. Cela dit, je prétends que c’est en luttant contre l’ignorance, tant des musulmans que des non-musulmans, à propos de l’islam, de l’histoire, non de l’islam, mais des pays islamisés, de la culture des pays islamisés que l’on arrivera à ce que chacun regarde l’autre avec sérénité.

En résumé, j’ai signé le Manifeste au nom de l’équité, de la république, de la démocratie, de toutes les spiritualités, de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et pour mieux asseoir la laïcité.

[1] Abdelhamid Hihi est médecin